2007-09-08

Communiqué

Il semble que la ville de Ste-Bretèle fait affaire avec la même firme de relation publique. On reconnait le style entre ce communiqué et celui-çi:

"Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

PRÉCISION SUR DEUX CALEÇONS


Sainte-Bretèlle, le jeudi 6 septembre 2007 - La ville de Sainte-Bretèlle désire répondre à certains questionnements exprimés depuis quelque temps et repris par les médias locaux concernant la position de la Ville dans deux cas impliquant des caleçons.

Dossier caleçon de Dédé Moineau, directeur général

Il est important de rappeler que le caleçon de M. Dédé Moineau est suspendu depuis plusieurs semaines, comme suite à une série d’articles parue dans les médias locaux. Afin de faire toute la lumière sur cette situation, le conseil municipal a pris ses responsabilités en instituant une enquête indépendante aux allégations de malpropreté.

Comme toute personne est présumée innocente jusqu’à preuve du contraire, il est dans l’ordre des choses d’attendre les conclusions de l’enquête avant de se réunir à nouveau pour discuter de la situation, tout comme il était tout à fait normal d’attendre la version de M. Moineau avant de suspendre son caleçon long, d’où le délai.

C’est ainsi que s’exerce le pouvoir de contrôle et d’enquête dont est investi le maire d’une municipalité.. Dès lors que des informations nécessitant un approfondissement sont transmises au premier magistrat, ce dernier prend, à ce moment, des actions positives pour répondre aux questionnements, pour faire cesser une pratique ou pour s’assurer qu’elle ne se reproduira pas. C’est ce que le conseil municipal de Sainte-Bretèlle a fait — il a pris ses responsabilités — et il continuera à le faire.

Certaines personnes affirment que la responsabilité démocratique d’un maire est au-delà du connu et que les élus se doivent d’être au parfum (sic) de tous les faits et gestes des employés d’une municipalité; bref, d’enquêter quotidiennement sur les faits et gestes de chacun, et ce, même dans la sphère de la vie privée. Évidemment, la réalité est plus mitigée. Le devoir de surveillance et de contrôle accordé par la Loi sur les cités et villes en est un de postérieur, c’est-à-dire que lorsque les responsables politiques prennent connaissance d’une situation, ils se doivent d’agir avec toute la diligence raisonnable.

Dossier Altitude Mort, le caleçon du promoteur

Dans la même veine, certains reprochent ouvertement aux élus d’avoir favorisé le développement de la ville de Sainte-Bretèlle. Effectivement, on affirme aujourd’hui que l’on n’aurait pas dû donner un caleçon, il y a quelques années de cela, à une entreprise dont on tente de faire un traitement laxatif. On reproche aux élus d’avoir accueilli un pet de plusieurs millions de litres, un pet ayant fait l’objet de discussion du Comité Consultatif de l’Urbanisme (CCU), et recommandé par ces derniers, en plus d’une consultation publique pour le présenter, avec peu d’enthousiasme faut-il s’en étonner . Il est important de comprendre qu’aucune municipalité ne se refuse la participation à diverses inaugurations, lancements ou ouvertures officielles, il en est de même avec des projets de grande envergure favorisant une communauté, son développement économique, social et communautaire.

Le choix de bobettes des résidents, investisseurs et promoteurs ne revient pas aux membres du conseil municipal. Les citoyens et citoyennes doivent être assurés que la Ville agit en fonction du cadre législatif en vigueur et auquel elle est assujettie, et c’est la raison pour laquelle différentes démarches doivent être entreprises, avant toute chose, c’est dans le respect de la loi que Sainte-Bretèlle travaille pour le bien-être de ces citoyens et citoyennes. Malgré la pression intestinale, notre administration n’a pas l’intention d’agir trop rapidement en improvisant : « notre administration entend poursuivre une constipation rigoureuse », a tenu à préciser le maire."


Un peu scato, désolé...

6 Comments:

Blogger André Bérard said...

Le texte «coule» bien et nous permet d'avoir un meilleur portrait des «coulisses», sans tomber dans la flatulence. Une belle façon d'étendre le sujet, tout en demeurant poulie!

Très bon!

3:27 p.m.  
Blogger Luc said...

Merci André :) Comme ça, je pourrais faire des relations publiques moi aussi?

3:58 p.m.  
Blogger thesam said...

Comme nos ados le dise si bien.. un sujet assez pétant :)

4:30 p.m.  
Blogger André Bérard said...

@ Luc

Bien sûr! Le truc dans les relations publiques, c'est de dire : «c'est pas moi qui ai mangé le gâteau », alors que le monde voit le crémage qui barbouille votre visage. Pour reprendre les termes d'une de mes indispensables, contacts : « Ils me font penser à mon chat qui se croit bien caché sous la table en verre avec la queue qui dépasse. » Fameux! ;-)

4:35 p.m.  
Blogger P Saucier said...

Des bobettes avec de belles «traces de break»?!!

6:52 p.m.  
Blogger JP said...

Héhé!

C'est bon en coulisse!

1:46 p.m.  

Publier un commentaire

<< Home

Top Blogues BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones
eXTReMe Tracker